Choses lues. Sélection bibliographique française (hiver-printemps

Le président Trump, architecte fédéral en chef.

Covid-19 et responsabilité civile des personnes morales.

Oliver Wendell Holmes, le juge suprême.

Floride. Bitcoin et infractions monétaires.

Le président Trump, architecte fédéral en chef.

Le Journal officiel fédéral a publié dans son édition du 23 décembre 2020 un curieux objet : un décret du président Donald Trump destiné à promouvoir la « beauté » des bâtiments civils fédéraux à travers la création d’un Conseil du président sur l’amélioration de l’architecture civique fédérale. Ce conseil au mandat d’un an renouvelable voudra faire aux administrations fédérales responsables de la commande ou de la rénovation des bâtiments civils fédéraux des recommandations esthétiques, de cohérence architecturale, de reconnaissabilité architecturale des bâtiments fédéraux.

« À quelques exceptions près, s’explique le président Trump, comme l’édifice fédéral et le palais de justice de Tuscaloosa et le palais de justice fédéral de Corpus Christi, le gouvernement fédéral a en grande partie cessé de construire de beaux bâtiments. À Washington, D.C., l’architecture fédérale est devenue un mélange discordant de formes classiques et modernistes. Il est temps de mettre à jour les politiques guidant l’architecture fédérale pour résoudre ces problèmes et s’assurer de ce que les architectes qui conçoivent des bâtiments fédéraux servent leurs clients, le peuple américain ».

Cette critique présidentielle de ce que Donald Trump analyse comme une pathologie de l’architecture moderne, « l’art pour l’art », est surplombée par une sorte de théorie des fonctions politiques de l’architecture des bâtiments officiels. Et ce n’est pas une surprise que cette théorie puise ses racines dans l’antiquité gréco-romaine et à ses convocations aux XVIIIe et XIXe siècles.

« Les sociétés ont depuis longtemps reconnu l’importance d’une belle architecture publique. Les bâtiments publics grecs et romains antiques ont été conçus pour être robustes et utiles, et aussi pour embellir les espaces publics et inspirer la fierté civique. Tout au long du Moyen Âge et de la Renaissance, l’architecture publique a continué à servir ces fins. La constitution de 1309 de la ville de Sienne exigeait que « les règles de la Ville doivent avoir la beauté de la Ville comme principale préoccupation [ . . .] parce qu’elle doit apporter fierté, honneur, richesse et prospérité aux citoyens siennois, ainsi que le plaisir et le bonheur aux visiteurs venus de l’étranger. Trois siècles plus tard, le grand architecte britannique Sir Christopher Wren déclara que « les bâtiments publics [sont] l’ornement d’un pays. [L’architecture] établit une nation, attire les gens et le commerce, fait aimer leur pays natal . . . _ L’architecture vise l’éternité […] ».
(…)
De notables Pères fondateurs agréaient à ces avis et accordaient une grande importance à l’architecture civique fédérale. Ils voulaient que les bâtiments publics américains inspirent le peuple américain et encouragent la vertu civique. Le président George Washington et le secrétaire d’État Thomas Jefferson ont consciemment modélisé les bâtiments les plus importants de Washington, D.C., sur l’architecture classique de l’ancienne Athènes et de Rome. Ils ont cherché à utiliser l’architecture classique pour relier visuellement notre République contemporaine aux antécédents de la démocratie dans l’Antiquité classique, rappelant aux citoyens non seulement leurs droits, mais aussi leurs responsabilités dans le maintien et la perpétuation de ses institutions.

Washington et Jefferson ont personnellement supervisé les concours de conception du Capitole et de la Maison-Blanche. Sous la direction et suivant la vision de ces deux fondateurs, Pierre Charles L’Enfant a conçu la capitale nationale comme une ville classique. La promesse de sa conception pour la ville a été remplie par le Plan McMillan de 1902, qui a créé le National Mall et le Monumental Core tels que nous les connaissons.

Pendant environ un siècle et demi après la fondation de l’Amérique, l’architecture fédérale américaine a continué d’être caractérisée par de beaux et appréciés bâtiments, de conception classique en grande partie, mais pas exclusivement. C’est le cas, par exemple, de la United States à Philadelphie, en Pennsylvanie, de la Pioneer Courthouse à Portland, en Oregon, et de la Thurgood Marshall United States Courthouse, à New York. À Washington, D.C., les bâtiments classiques tels que la Maison-Blanche, le Capitole, la Cour suprême, le département du Trésor et le Lincoln Memorial sont devenus des symboles emblématiques de notre système de gouvernement. Ces monuments précieux, construits pour durer des siècles, sont devenus une partie importante de notre vie civique… ».

Décret Trump Beauté Architecture Civile Fédérale_18 _dec_2020 by Pascal Mbongo on Scribd

Haisam Hussein, « American Neoclassic. A visual history of a country’s love of columns », Lapham’s Quarterly, 2020.

Edit. Le décret du président Trump a été abrogé par Joe Biden (Executive Order 14018, 24 février 2021).

27 décembre 2020.

Photo. The Washington Monument and U.S. Capitol, viewed down the Reflecting Pool on the National Mall as the sun sets yesterday (12/26/2020). Photo by Samuel Corum (Getty Images).

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint